Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre

Accueil > Projets que nous finançons > Les projets soutenus par la 4acg

Les projets soutenus par la 4acg

vendredi 5 février 2021, par Anne Doussin , Gérard Le Cardinal

Version imprimable de cet article Version imprimable

En 2004 les quatre membres fondateurs de l’association déclaraient :
« Aujourd’hui, bien que percevant de modestes retraites, nous avons décidé de refuser pour nous-mêmes la pension liée à la retraite du combattant et de la reverser à des populations qui souffrent de la guerre ou à des organismes qui œuvrent pour la paix. »
Les premiers projets que nous avons soutenus se trouvaient essentiellement en Algérie. Un premier projet d’envergure a été, avec l’association BEDE, la participation à la réhabilitation du village de Tazla, en Kabylie, qui était en zone interdite pendant la guerre et qui avait été complètement détruit. Avec le développement de la 4acg nos moyens ont augmenté et les projets que nous avons soutenus se sont diversifiés par leurs objectifs et également géographiquement.
Avec le développement de l’association notre capacité de financement est devenue de plus en plus importante. Maintenant c’est environ 80 000 € que nous pouvons utiliser chaque année pour soutenir les projets qui nous sont proposés. Pour 2021 nous disposons de 81 000 € et ainsi nous aurons dépassé

1 million d’euros depuis la création de la 4acg !

Exactement 1 000 458 euros.
Cette année 19 associations nous ont présentés leurs projets, 13 en Algérie, 4 en Palestine et 2 au Maroc pour un total de 109 900 euros. Mais comme nous ne disposons que de 81 000 euros la Commission Projets s’est réunie en conférence téléphonique pour les répartir au mieux.

En Algérie  : la commission propose de soutenir 10 projets très divers et dans différents domaines : culturel, social, médico-social, formation, etc.
Ainsi les 2 projets de l’association « AFAC-CIARA » dont l’un a pour but de former des femmes pour renforcer leur autonomie et le second d’équiper une pompe solaire.

L’association « AFAC-CIARA » (Algérie)

L’association « AFWB » permet le développement de la figui-culture.
« Les petits débrouillards de Tizi-Ouzou » incite les jeunes enfants à la recherche scientifique d’une manière ludique.

« Les petits débrouillards de Tizi-Ouzou »

« Tazmert » soutient des personnes dans le domaine médical.
« Madinati pour la jeunesse et la culture » poursuit ses activités en aidant la création d’activités génératrices de revenus.
« Un livre, une vie » continue son action en acheminant des livres et en créant des bibliothèques.
« Le Centre El Amel » de Mascara a des activités multiples : enseignement, formation, bibliothèque, dispensaire.

Petits pâtissiers au Centre El Amel

Nous continuons à soutenir deux associations importantes comme « Touiza Solidarité », qui a plusieurs programmes de développement dans la région de Tizi Ouzou,

Touiza Solidarité, dans la région de Tizi-Ouzou

et « Sos Bab el Oued » qui fait un travail remarquable auprès des jeunes de ce quartier populaire d’Alger.

SOS Bab El Oued : activité vidéo.

En Palestine : la commission propose de soutenir les quatre projets présentés. L’association « Al Kamandjati » qui dans le domaine de la musique fourmille d’activités en initiant et formant de nombreux jeunes.

Al Kamandjati, la musique pour dépasser l’enfermement

« ATL Jenine » propose aux enfants par le théâtre des activités encourageant leur créativité.

Alt Jenine développe la créativité chez les enfants grâce au théatre.

« Aman Hebron » se propose de lutter contre l’isolement de villages éloignés. « Medina » dans la bande de Gaza travaille concrètement dans l’amélioration des écoles et par des équipes mobiles assure un soutien psycho-social auprès des enfants traumatisés.

L’association Medina agit auprés des écoliers de la bande de Gaza

Au Maroc : la commission propose de soutenir les deux projets présentés.
« L’association Sportive Zgounou » qui veut développer la pratique du football féminin. « Leila et Nawelle » qui s’attaque au sujet tabou de la santé menstruelle pour permettre à des jeunes filles de ne pas décrocher et de continuer à aller à l’école.

Association Leila et Nawelle au Maroc

Si l’Assemblée Générale ne peut se réunir, du fait de la pandémie, c’est le Conseil d’Administration qui devra décider de l’attribution des financements.

Quelques liens vers nos articles donnant des nouvelles de ces associations :
Mascara : des nouvelles du Centre El Amel
“Un livre, une vie” : promouvoir la lecture et cultiver la paix entre les peuples
Bande de Gaza : de l’eau potable pour les écoliers
Al Kamandjâti : le pouvoir de la musique
L’association Leila et Nawelle auprès des femmes marocaines

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.